L’état de santé des Québécois me concerne en tant qu’employeur?

L’état de santé des Québécois me concerne en tant qu’employeur?

Le 23 septembre dernier, la Direction de la santé publique publiait un rapport sur l’état de santé mentale et le bien-être des Québécois. L’Estrie a été la première région à lancer un rapport régional.

En tant qu’employeur, vous ne vous êtes pas senti pas concerné par ce rapport ? Il n’y a pas de honte à avoir, vous n’êtes pas seul. Vous ignoriez probablement qu’à eux seuls, les problèmes de santé mentale sont estimés à 33 milliards de dollars annuellement pour les entreprises canadiennes. En sachant que l’état de santé des québécois est proportionnel à l’état de santé de votre personnel, voici comment ces résultats sont représentés dans votre entreprise.

Ces données ne sont pas scientifiques, mais elles démontrent bien les coûts que peuvent représenter les troubles de santé psychologiques dans votre entreprise. Selon les statistiques…

  • Considérant que les coûts directs de l’absentéisme et de l’invalidité constituent 17 % de votre masse salariale[1].   Ceci sans compter le présentéisme, c’est-à-dire les employés qui sont physiquement au travail, mais mentalement ou physiquement non productifs. Le présentéisme coûte encore plus cher aux entreprises, un exemple éloquent : 81% des coûts de dépression sont reliés au présentéisme[2].
  • Considérant que chaque cas de dépression coûte au moins 11 000$.
  • Considérant que le salaire moyen des québécois est de 43 000$[4].
50 employés 200 employés 500 employés
Touchée(s) par une maladie mentale 7 personnes 28 personnes 67 personnes
Affectée(s) par une maladie mentale 7 personne 29 personnes 67 personnes
Chaque cas de santé mentale vous coûte au moins 11 000$ 77 000$ 319 000$ 737 000$
Coût totale de la santé non-santé (calculé sur un salaire moyen de 43 000$)* 193 500$ à 322 500$ 774 000 $ à 1.3 M$ 1.9 M$ à 3.2 M$

Avez-vous encore les moyens de ne pas agir?

Que peut-on faire pour aider les employés? C’est une excellente question qui reste sans réponse tant et aussi longtemps que vous ne connaissez pas l’état de la situation.

–        Quelle est la démographie de votre population?

–        Qui est affecté? Votre personnel, leurs enfants, leurs parents?

–        Quelles sont les causes : stress, soucis familiaux, relations de travail?

–        Quels sont leurs comportements de santé et de consommation? Il existe des liens étroits entre la santé mentale, la santé physique et les comportements de santé.

Une collecte de données ou un diagnostic vous guidera dans vos actions. Minimalement, votre collecte de données doit décrire votre population interne ou, comme nous aimons l’appeler, votre clientèle interne, afin de vous permettre, entre autres, de connaître les risques possibles pour cette population, de vous pister sur les défis et les intérêts de votre clientèle et les façons de communiquer.

La collecte de données vous aidera à connaître davantage leurs habitudes de vie, qui elles, identifieront certains risques et les priorités d’action individuelles et collectives.  Ces informations vous guideront donc dans le choix des initiatives mises en place.

Un diagnostic plus approfondi vous donnera évidemment plus de matériel pour nourrir les actions et garantir un meilleur rendement de votre programme. En fait, vous pourrez mesurer le rendement et faire en sorte que votre programme soit un investissement! Un diagnostic complet inclut des données des quatre sphères d’intervention d’un programme santé mieux-être intégré, soit les pratiques de gestion, les habitudes de vie, l’environnement de travail et la conciliation vie personnelle, vie professionnelle. Il sera alors possible de faire des liens entre l’état de santé de personnel, les causes internes et/ou externes à l’entreprise, les intentions de changement, les priorités. Vous pourrez ajuster votre plan de mise en œuvre pour qu’il réponde aux priorités de l’entreprise.  Vous optimiserez votre taux de participation et votre taux de succès parce que vous aurez le portrait complet des besoins de votre personnel et vous serez en mesure de leur offrir des initiatives qui sauront les soutenir pour arriver à des comportements favorables et durables.

À considérer pour votre collecte de données:

Au minimum :

–        Clientèle;

–        Habitudes de comportements;

–        Leurs intentions de changement;

–        Leurs priorités;

–        Leurs intérêts.

 

Optimiser les données :

–        La satisfaction de votre clientèle interne (donc la satisfaction au travail);

–        Les coûts de la non-santé (pour l’identification des indices de performance de vos initiatives, ainsi que pour l’allocation d’un budget);

–        Les causes d’invalidité, l’insatisfaction, de stress, etc.

Vous devez vous assurer que la confidentialité des individus soit assurée.  Une fois les données en mains, il faut agir!  La Direction de la santé publique s’est donné sept défis à relever « ensemble » pour faire en sorte que la priorisation de la santé mentale et du bien-être devienne une réalité.

Sources:

[1] Étude de Watson Wyatt, 2002

[2] Journal of American Medical Association, 2003

[4] Statistique Canada, 2013

Global Business and Economic Roundtable on Addiction and Mental Health.

Communiqué et résumé de rapport « Prioriser la santé mentale et le bien-être en Estrie : 7 défis à relever ensemble ».

http://www.santeestrie.qc.ca/publication_documentation/documents/Communique_RapportSM_215-09-22.pdf

http://www.santeestrie.qc.ca/documents/RAPPORTSM_vfinale.pdf