Santé et rentabilité;
un lien existant?

Santé et rentabilité; <br />un lien existant?

  • Pour les gestionnaires qui croient que la santé de leurs personnels est sans importance : ERREUR!
  • Pour TOUS les gens qui croient que leur santé ne regarde personne d’autres : ERREUR!

Puisque la santé demeure un sujet personnel, nous ne pensons pas à quel point nos choix personnels ont un impact sur l’ensemble de notre entourage. Nous savons tous qu’une saine alimentation, faire de l’activité physique, prendre le temps de relaxer, de ne pas consommer de drogues et d’alcool s’avèrent être un pas important, voire même essentiel pour être en meilleure santé, et ce, plus longtemps. On entend ici par santé : être éveillé, de bonne humeur, avoir amplement d’énergie pour exécuter notre travail et participer à diverses activités avec nos proches, etc. De ce fait, nous diminuons ainsi les probabilités de souffrir de maladies.

Lorsque nous n’avons plus la santé, les premiers à en souffrir, c’est notre famille immédiate : conjoint/conjointe, enfants, etc. Immédiatement après, l’impact se fait sentir directement au niveau professionnel : surcharge de travail pour nos collègues et employeurs. Évidemment, la roue se déclenche et des conséquences lourdes peuvent aussi entrer en ligne de compte avec notre famille et nos proches. D’où l’importance de vérifier vos actions quotidiennes…

Pour les gestionnaires, cet impact se chiffre en coûts indirects de la masse salariale :

  • Augmentation de l’absentéisme;
  • Augmentation du présentéisme;
  • Augmentation annuel des assurances collectives;
  • Augmentation des primes de CSST;
  • Augmentation du taux de roulement;
  • Augmentation de pertes directes (Perte de matière première, erreurs de production, erreurs de commandes, etc.)

Certaines études ont même été en mesure de démontrer combien coûtent certaines maladies :
COÛT SUPPLÉMENTAIRE par employé, et ce, par année :

  • Tabac : 3 150 $
  • Diabète : 7 322 $ (perte de productivité 23 % )
  • Maladies cardio-vasculaires : 12 895 $
  • Détresse psychologique : 11 543 $ (perte de productivité 17 % )
  • 66% des pertes de productivité sont attribuables à la maladie chronique