Le sucre…

L’Organisation mondiale de la Santé recommande de limiter la consommation de sucre ajouté pour un adulte ayant un indice de masse corporelle normal à 6 cuillères à thé (24 grammes) par jour pour les femmes et à 9 cuillères à café (36 grammes) par jour pour les hommes . 

L’Américain moyen consomme environ quatre fois plus de sucre que la quantité recommandée par l’OMS, soit près de 22 cuillères à thé de sucre par jour. Le sucre est omniprésent dans notre alimentation rendant difficile de réduire sa consommation et ses effets néfastes pour la santé sont sous-estimés.   

Voici donc 8 raisons de participer à ce défi! 

1. La santé cardiovasculaire 

Les chercheurs de l’Université Harvard ont suivi des milliers d’adultes américains sur une période de 15 ans, et ont découvert que ceux qui consomment 25 % ou plus de leur apport quotidien de sucre ajouté ont deux fois plus de chance de mourir d’une maladie cardiaque que ceux qui s’en tiennent à 10 % ou moins par jour. 

La plus grande source de sucre? 

  • les breuvages sucrés 
  • les boissons fruitées 
  • les aliments à base de grains comme les muffins 
  • les desserts lactés comme la crème glacée 

2. L’abus de sucre est lié à la démence 

En 2017, des chercheurs de l’Université de Bath ont découvert un lien moléculaire entre les régimes sucrés et les causes de l’Alzheimer. Ils ont ainsi découvert que la glycation – une réaction naturelle dans laquelle le glucose agit sur les cellules – cause des dommages à une enzyme qui permet de réduire l’accumulation de protéines anormales dans le cerveau, une des caractéristiques de cette maladie. 

3. Le sucre chez des enfants, une prédominance aux maladies chroniques 

Une étude parue dans le Journal of the American Medical Association démontre que le sucre n’affecte pas le comportement des enfants, mais augmente leur pression sanguine et leur taux de cholestérol.1Une étude de 2016 sur l’obésité montre qu’en réduisant la quantité de sucre consommée par un enfant pendant 9 jours, les taux reviennent à la normale.  

4. Problèmes d’intestins 

Laura A. Schmidt, professeure à l’Université de Californie à San Francisco, s’inquiète des dommages causés par le sucre à notre organisme. C’est pourquoi elle est aujourd’hui chercheuse en chef pour SugarScience, un site universitaire créé dans le but d’être « la source incontestée de recherche et de documentation sur le sucre et ses impacts sur la santé ».  Elle affirme que certaines études démontrent que ces édulcorants, tels que la saccharine, l’aspartame et le sucralose, causent du tort au microbiome que l’on retrouve dans les intestins.2 

5. Principale cause de la maladie du foie non liée à l’alcool 

Contrairement à d’autres formes de sucre, le fructose est transformé dans le foie. La consommation importante d’aliments contentant des édulcorants augmente le nombre de maladies du foie non liées à l’alcool. Une preuve visible : le ventre de sucre (oui, comme le ventre de bière!). Le foie divise l’excédent de fructose en globules gras qui entament alors leur périple dans nos vaisseaux sanguins pour s’accumuler dans nos organes internes et dans le ventre. À l’instar des dommages causés par l’alcool, cela cause de l’inflammation et des cicatrices. « C’est l’une des principales causes de la greffe du foie », indique la professeure Schmidt. 

6. Principale cause au diabète de type 2 chez les adolescents 

La surconsommation de sucre est directement liée au gain de poids, au diabète de type 2, à l’apparition de caries et à un haut taux de cholestérol chez les enfants. Au cours des 30 dernières années, le taux d’obésité chez les jeunes a triplé, selon les plus récents chiffres gouvernementaux. 

7. Sucre et cancers du poumon 

Une étude de l’Université du Texas à Dallas montre qu’un lien existe entre le sucre et les cellules cancéreuses du carcinome, qui sont difficiles à traiter et sont responsables du quart des cancers du poumon. Toujours selon l’étude, quatre types de cellules cancéreuses se « nourrissent » de sucre.3 

8. La dépression 

Selon le Dr Datis Kharrazian, expert en médecine fonctionnelle et auteur de Why Isn’t My Brain Working? (“Pourquoi mon cerveau ne fonctionne-t-il pas?”), explique que l’hyperglycémie chronique favorise les risques d’inflammation cérébrale, ce qui peut entraîner une dépression et des troubles de mémoire.4 

Références

[1] Mullee, A., Romaguera, D., Pearson-Stuttard, J., Viallon, V., Stepien, M., Freisling, H., … et Kaaks, R. (2019). Association between soft drink consumption and mortality in 10 European countries. JAMA internal medicine179(11), 1479-1490.

[2] University of California San Francisco (s.d.). Sugar Science. Site officiel [site Web]. Consulté le 4 mars 2020. URL : http://sugarscience.ucsf.edu/

[3] Office of Media Relations. (2017). Scientists’ Study Sweetens Connection Between Cancer, Sugar [en ligne]. Consulté le 4 mars 2020. URL : https://utdallas.edu/news/research/scientists-study-sweetens-connection-between-cance/

[4] Brain Health Book. (2013). Your Brain on Sugar [en ligne]. Consulté le 4 mars 2020. URL : http://brainhealthbook.com/brain-sugar/