Reconnaissance au travail : accompagner les gestionnaires

La reconnaissance est un levier essentiel des relations au travail, entre l’employeur et ses salariés, ainsi qu’avec le gestionnaire à tous les niveaux de la hiérarchie. Les pratiques de reconnaissance constituent ainsi de saines habitudes de gestion à renforcer au sein des entreprises. Quelles sont les pistes à suivre par les ressources humaines pour favoriser la reconnaissance au travail ?

La reconnaissance en milieu de travail doit s’inscrire dans la culture, les valeurs et la dynamique de l’organisation. Des conditions notamment, quant au contexte de gestion, contribuent à faciliter la mise en place ou l’expression et la manifestation de la reconnaissance en milieu de travail.

La pratique de la reconnaissance au travail est plus que jamais essentielle pour les gestionnaires. Par exemple, les salarié obtenant un niveau élevé de reconnaissance de la part de leur gestionnaire vivent moins de détresse psychologique (33%) que ceux qui en reçoivent peu (67%) (Brun, 2003).

« Pour donner de la reconnaissance, voici ce que vos gestionnaires doivent faire :

  • Être présent. La reconnaissance, c’est un enjeu de qualité de présence. Communiquer de façon sentie et crédible, c’est avant tout une question de sensibilité qui requiert une disponibilité au moment présent.
  • Investir dans leurs relations. La personnalisation de la reconnaissance, tant dans le message que dans la façon dont elle est livrée, et l’appréciation de l’effort déployé, sont des enjeux de nature relationnelle. Parce qu’il faut connaître pour reconnaître, la question relationnelle requiert un intérêt sincère à aller vers l’autre, le découvrir et le comprendre.
  • Se laisser connaître et être authentique. Pour que la confiance intrinsèque à cette connaissance se développe, il faut un intérêt réciproque et un dévoilement authentique, de part et d’autre, de nos forces et de nos défis.
  • « Voir autrement » pour débusquer de multiples opportunités d’offrir de la reconnaissance. » (Boilard, A. et Trudel, S., 2018)

Afin d’orienter les efforts et d’enrichir la pratique de reconnaissance, il est adéquat d’évaluer certains éléments liés à la reconnaissance au travail dans les équipes. « Voici quelques éléments de réflexion pour démarrer :

  • Préfèrent-ils que leurs contributions au travail soient reconnues publiquement ou en privé?
  • Apprécient-ils plus la reconnaissance donnée par les collègues, les supérieurs ou la direction?
  • Quelles formes de récompenses leurs importent davantage?
  • Quelles sont les petites choses qu’ils aiment vraiment?
  • Quelles sont leurs grandes passions? » (Proxima Centauri, s.d.)

Pour un exemple d’outil pour vous aider à préciser les attentes de reconnaissance de vos employés, cliquer ici. On y retrouve un sondage destiné aux employés à la fin du document.

Références

Boilard, A. et Trudel S. (2018). « Reconnaissance non monétaire : une dure réalité ». Revue RH, vol. 21, no° 3.

Brun, J.P., Biron, C., Martel, J. & Ivers, H. (2003). Évaluation de la santé mentale au travail : une analyse des pratiques de gestion des ressources humaines (Rapport No. R-342). Montréal, Québec : Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail.

EnviroCompétences. (2007). La reconnaissance au travail : source d’énergie et de motivation des employés, 15 p.

Proxima Centauri (s.d.). Le manque de reconnaissance au travail [en ligne]. Consulté le 6 février 2020. https://www.gestionproximacentauri.com/2018/11/13/manque-reconnaissance-au-travail/